Impressionnante nouvelle sanction de la FIU Maltaise

FIAU malta
CDI
CDI
Stage ou alternance

La FIU Maltaise a sanctionné MPM Capital Investments Ltd (une entreprise d’investissement déjà alpaguée par la FSMA – l’équivalent de notre AMF) d’un montant de 1 183 887€

En bref, les griefs retenus par la FIU Maltaise :
– défauts dans l’approche par les risques adoptée (PPE, risque pays, etc.)
– carences dans l’application des mesures de vigilance (notamment renforcée)
– incohérences entre les procédures adoptées et les process opérationnels / le paramétrage des outils
– défaut de due diligence sur les bénéficiaires effectifs,
– délais de validation des dossiers KYC trop tardifs (entre 1 et 3 ans après le début de la relation d’affaires…)
– faiblesse du dispositif de surveillance des transactions (monitoring principalement manuel en inadéquation avec le volume des transactions traité)
– absence de traçabilité (tant d’un point de la base client que de la base transactions)
– Enfin, il a été noté la non indépendance du MLRO générant des conflits d’intérêts pour assurer son rôle et un manque de temps

Publié le 10 septembre 2020 par

Partagez
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les lecteurs de cet article ont également aimé

Inscrivez-vous à la Newsletter
[sibwp_form id=2]
fr_FR

Recherchez parmi tous nos contenus

Impressionnante nouvelle sanction de la FIU Maltaise

FIAU malta
✋ Vous avez déjà consulté 3 articles aujourd'hui.
Créez un compte GRACES Community gratuitement pour accéder à tous nos contenus.

La FIU Maltaise a sanctionné MPM Capital Investments Ltd (une entreprise d’investissement déjà alpaguée par la FSMA – l’équivalent de notre AMF) d’un montant de 1 183 887€

En bref, les griefs retenus par la FIU Maltaise :
– défauts dans l’approche par les risques adoptée (PPE, risque pays, etc.)
– carences dans l’application des mesures de vigilance (notamment renforcée)
– incohérences entre les procédures adoptées et les process opérationnels / le paramétrage des outils
– défaut de due diligence sur les bénéficiaires effectifs,
– délais de validation des dossiers KYC trop tardifs (entre 1 et 3 ans après le début de la relation d’affaires…)
– faiblesse du dispositif de surveillance des transactions (monitoring principalement manuel en inadéquation avec le volume des transactions traité)
– absence de traçabilité (tant d’un point de la base client que de la base transactions)
– Enfin, il a été noté la non indépendance du MLRO générant des conflits d’intérêts pour assurer son rôle et un manque de temps

...
👉  Découvrez la suite de cet article en rejoignant la communauté GRACES