Le Rapport sur le commerce mondial 2021 examine les vulnérabilités et la résilience du système commercial mondial par l’OMC

L’édition 2021 du Rapport de l’OMC sur le commerce mondial examine pourquoi le système commercial mondial interconnecté est à la fois vulnérable et résilient face à des crises telles que la pandémie de COVID-19, comment il peut aider les pays à renforcer leur résilience économique en cas de choc et ce qui peut être fait pour que ce système soit à l’avenir mieux préparé et plus résilient. Cette publication phare, lancée le 16 novembre, souligne la nécessité de traiter ces questions étant donné la perspective de catastrophes d’origine naturelle ou humaine de plus en plus fréquentes et intenses.

Le rapport transmet trois principaux messages: premièrement, l’économie mondiale hyperconnectée actuelle, caractérisée par des liens commerciaux profonds, a rendu le monde plus vulnérable aux chocs, comme les catastrophes naturelles et causées par l’homme, mais aussi plus résilient lorsqu’ils surviennent.

Deuxièmement, les politiques qui visent à accroître la résilience en revenant sur l’intégration du commerce — par exemple en relocalisant la production et en favorisant l’autosuffisance — ont souvent l’effet inverse, et diminuent en fait la résilience économique. Et troisièmement, le renforcement de la résilience économique passe par davantage de coopération internationale, aux plans aussi bien régional que multilatéral.

“Si l’OMC contribue déjà à la résilience économique de manière importante, elle peut et doit faire davantage, car nous sommes confrontés à un avenir marqué par une augmentation des risques et des catastrophes d’origine naturelle ou humaine”, a dit la Directrice générale de l’OMC, Dre Ngozi Okonjo-Iweala, dans l’avant-propos du rapport. “Comme nous l’avons vu avec les mesures commerciales liées à la pandémie, il est important d’améliorer la transparence et la prévisibilité pour fournir aux décideurs et aux entreprises les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions en connaissance de cause.”

“Les négociations en cours à l’OMC sur les services, l’investissement, l’agriculture, le commerce électronique et les micro, petites et moyennes entreprises pourraient créer de nouvelles opportunités pour le commerce inclusif et la diversification, rendant les économies plus résilientes à l’avenir”, a-t-elle ajouté. “C’est dans le renforcement de la coopération internationale, et non dans le repli et l’isolationnisme, que réside la voie la plus prometteuse vers la résilience.”

Les défis qui nous attendent sont nombreux et variés. Parmi ceux-ci, les changements climatiques, à l’origine d’une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, dont les sécheresses, les cyclones et les inondations, l’empiètement de l’homme sur les habitats de la faune, qui peut accroître le risque de propagation de zoonoses et de déclenchement des pandémies et la prévalence croissante des cyberattaques et de la fraude aux données. 

La montée des inégalités, la fragilité économique croissante, l’incertitude politique et les tensions géopolitiques augmentent les risques de conflit et de violence. Ces risques peuvent interagir les uns avec les autres et se répercuter en cascade sur l’environnement, l’économie et la société.

Le rapport note que par les chocs sans précédent qu’elle a suscités dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et la montée des tensions commerciales entre les pays, la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de COVID-19 a constitué un test de résistance pour l’ensemble du système commercial mondial.

Cependant, le système commercial s’est montré plus résilient que beaucoup ne l’avaient anticipé au début de la crise. Si la pandémie a d’abord gravement perturbé les flux commerciaux internationaux, les chaînes d’approvisionnement se sont rapidement adaptées, le mouvement transfrontières des marchandises comme les fournitures médicales essentielles s’est poursuivi, et l’économie de nombreux pays a commencé progressivement de se redresser.

Le commerce joue aussi un rôle décisif dans le maintien de l’accès aux biens et aux services mondiaux; ainsi, il permet aux pays de gérer les chocs en changeant de fournisseurs lorsqu’il y a rupture des approvisionnements dans le pays ou à l’extérieur. Les entreprises qui commercent, particulièrement à l’exportation, ont de meilleures chances de survivre à un ralentissement économique, car elles ont une productivité plus élevée, en moyenne, que les entreprises des secteurs non exportateurs, et ont souvent accès à des marchés plus diversifiés.

Le rapport indique que les politiques qui cherchent à renforcer la résilience économique en relocalisant la production, en défendant l’autosuffisance et en revenant sur l’intégration commerciale peuvent souvent avoir l’effet inverse, et diminuer en fait la résilience économique. Il est presque inévitable que de telles politiques rendent les économies nationales moins efficaces à long terme, car elles finissent par renchérir le prix des marchandises et des services et restreindre l’accès aux produits, aux composants et aux technologies.

Une coopération plus soutenue en matière commerciale au niveau multilatéral ou régional, étayée par des règles internationales efficaces pour le commerce, peut aider les pays dans les diverses stratmégies qu’ils adoptent pour éviter et atténuer les risques et se préparer aux chocs, y faire face et s’en remettre, note le rapport. À cette fin, il sera essentiel de renforcer la coopération actuelle de l’OMC avec les organisations internationales et régionales et de la mettre à profit, tandis que la promotion de la coordination, de la cohérence et du soutien mutuel dans des domaines allant de la prévention des risques, des secours en cas de catastrophe et de la santé publique au changement climatique, à la protection de l’environnement et à la stabilité financière contribuerait à renforcer la résilience face aux crises futures.

Les Membres de l’OMC peuvent faire davantage pour favoriser la résilience économique en renforçant les mécanismes pour la transparence existant au sein de l’OMC en ce qui concerne les mesures commerciales, en clarifiant en quoi consiste une utilisation appropriée des restrictions à l’exportation de matières stratégiques ou de produits intermédiaires pendant les crises, en améliorant la coordination des politiques de passation des marchés publics pour les biens et services critiques, et en faisant avancer les travaux sur le commerce électronique, les micro, petites et moyennes entreprises, et l’autonomisation économique des femmes afin de créer de nouvelles opportunités pour rendre le commerce plus inclusif et diversifié et de ce fait plus résilient.

p/o Virginie Gastine Menou

RISQUES ET VOUS

http://www.risquesetvous.fr/

https://www.linkedin.com/company/risques-et-vous

 

 

✍🏼 Proposer une offre de job : https://graces.community/recruteurs/

💈 Consulter les offres qui vous correspondent : https://job.graces.community/login

 

Ce guide présente des recommandations de sécurité pour un système d’objets connectés. Il peut être utilisé pour concevoir un tel système ou pour en faciliter l’analyse sécuritaire.

Le lecteur pourra s’aider des objectifs de sécurité proposés pour déterminer ceux qui correspondent à la situation qui le concerne, et les mettre en relation avec des mesures techniques ou organisationnelles pertinentes pour atteindre ces objectifs.

Les objets connectés, qu’il s’agisse de gadgets du quotidien, de dispositifs médicaux ou de systèmes industriels, sont sujets à des menaces informatiques parfois exacerbées par les faibles ressources dédiées à assurer leur sécurité.
Les capacités d’intervention sur ces dispositifs sont souvent limitées voire inexistantes ; ces capacités réduites peuvent restreindre les possibilités de mise à jour logicielles, ou empêcher l’emploi de protocoles réseau ou de standards cryptographiques non spécifiquement prévus pour ce cadre d’emploi pour des raisons de coût ou de consommation énergétique.

Il serait illusoire de vouloir proposer une lecture unique de la sécurité des objets connectés du fait de la diversité des situations rencontrées.

Le guide Recommandations relatives à la sécurité des (systèmes d’)objets connectés propose de faciliter la réalisation d’une analyse de sécurité, à partir de la prise en compte des scénarios d’attaques probables. Il propose enfin des recommandations pour remédier quand cela est possible aux risques identifiés.

 

p/o Virginie Gastine Menou

RISQUES ET VOUS

http://www.risquesetvous.fr/

https://www.linkedin.com/company/risques-et-vous

 

 

✍🏼 Proposer une offre de job : https://graces.community/recruteurs/

💈 Consulter les offres qui vous correspondent : https://job.graces.community/login

Publié le 25 novembre 2021 par

Virginie GASTINE MENOU

Partagez
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Les lecteurs de cet article ont également aimé

Inscrivez-vous à la Newsletter
[sibwp_form id=2]
fr_FR

Recherchez parmi tous nos contenus

Le Rapport sur le commerce mondial 2021 examine les vulnérabilités et la résilience du système commercial mondial par l’OMC

✋ Vous avez déjà consulté 3 articles aujourd'hui.
Créez un compte GRACES Community gratuitement pour accéder à tous nos contenus.

L’édition 2021 du Rapport de l’OMC sur le commerce mondial examine pourquoi le système commercial mondial interconnecté est à la fois vulnérable et résilient face à des crises telles que la pandémie de COVID-19, comment il peut aider les pays à renforcer leur résilience économique en cas de choc et ce qui peut être fait pour que ce système soit à l’avenir mieux préparé et plus résilient. Cette publication phare, lancée le 16 novembre, souligne la nécessité de traiter ces questions étant donné la perspective de catastrophes d’origine naturelle ou humaine de plus en plus fréquentes et intenses.



SITE INTERNET

Le rapport transmet trois principaux messages: premièrement, l’économie mondiale hyperconnectée actuelle, caractérisée par des liens commerciaux profonds, a rendu le monde plus vulnérable aux chocs, comme les catastrophes naturelles et causées par l’homme, mais aussi plus résilient lorsqu’ils surviennent.

Deuxièmement, les politiques qui visent à accroître la résilience en revenant sur l’intégration du commerce — par exemple en relocalisant la production et en favorisant l’autosuffisance — ont souvent l’effet inverse, et diminuent en fait la résilience économique. Et troisièmement, le renforcement de la résilience économique passe par davantage de coopération internationale, aux plans aussi bien régional que multilatéral.

“Si l’OMC contribue déjà à la résilience économique de manière importante, elle peut et doit faire davantage, car nous sommes confrontés à un avenir marqué par une augmentation des risques et des catastrophes d’origine naturelle ou humaine”, a dit la Directrice générale de l’OMC, Dre Ngozi Okonjo-Iweala, dans l’avant-propos du rapport. “Comme nous l’avons vu avec les mesures commerciales liées à la pandémie, il est important d’améliorer la transparence et la prévisibilité pour fournir aux décideurs et aux entreprises les informations dont ils ont besoin pour prendre des décisions en connaissance de cause.”

“Les négociations en cours à l’OMC sur les services, l’investissement, l’agriculture, le commerce électronique et les micro, petites et moyennes entreprises pourraient créer de nouvelles opportunités pour le commerce inclusif et la diversification, rendant les économies plus résilientes à l’avenir”, a-t-elle ajouté. “C’est dans le renforcement de la coopération internationale, et non dans le repli et l’isolationnisme, que réside la voie la plus prometteuse vers la résilience.”

Les défis qui nous attendent sont nombreux et variés. Parmi ceux-ci, les changements climatiques, à l’origine d’une augmentation des phénomènes météorologiques extrêmes, dont les sécheresses, les cyclones et les inondations, l’empiètement de l’homme sur les habitats de la faune, qui peut accroître le risque de propagation de zoonoses et de déclenchement des pandémies et la prévalence croissante des cyberattaques et de la fraude aux données. 

La montée des inégalités, la fragilité économique croissante, l’incertitude politique et les tensions géopolitiques augmentent les risques de conflit et de violence. Ces risques peuvent interagir les uns avec les autres et se répercuter en cascade sur l’environnement, l’économie et la société.

Le rapport note que par les chocs sans précédent qu’elle a suscités dans les chaînes d’approvisionnement mondiales et la montée des tensions commerciales entre les pays, la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de COVID-19 a constitué un test de résistance pour l’ensemble du système commercial mondial.

Cependant, le système commercial s’est montré plus résilient que beaucoup ne l’avaient anticipé au début de la crise. Si la pandémie a d’abord gravement perturbé les flux commerciaux internationaux, les chaînes d’approvisionnement se sont rapidement adaptées, le mouvement transfrontières des marchandises comme les fournitures médicales essentielles s’est poursuivi, et l’économie de nombreux pays a commencé progressivement de se redresser.

Le commerce joue aussi un rôle décisif dans le maintien de l’accès aux biens et aux services mondiaux; ainsi, il permet aux pays de gérer les chocs en changeant de fournisseurs lorsqu’il y a rupture des approvisionnements dans le pays ou à l’extérieur. Les entreprises qui commercent, particulièrement à l’exportation, ont de meilleures chances de survivre à un ralentissement économique, car elles ont une productivité plus élevée, en moyenne, que les entreprises des secteurs non exportateurs, et ont souvent accès à des marchés plus diversifiés.

Le rapport indique que les politiques qui cherchent à renforcer la résilience économique en relocalisant la production, en défendant l’autosuffisance et en revenant sur l’intégration commerciale peuvent souvent avoir l’effet inverse, et diminuer en fait la résilience économique. Il est presque inévitable que de telles politiques rendent les économies nationales moins efficaces à long terme, car elles finissent par renchérir le prix des marchandises et des services et restreindre l’accès aux produits, aux composants et aux technologies.

Une coopération plus soutenue en matière commerciale au niveau multilatéral ou régional, étayée par des règles internationales efficaces pour le commerce, peut aider les pays dans les diverses stratmégies qu’ils adoptent pour éviter et atténuer les risques et se préparer aux chocs, y faire face et s’en remettre, note le rapport. À cette fin, il sera essentiel de renforcer la coopération actuelle de l’OMC avec les organisations internationales et régionales et de la mettre à profit, tandis que la promotion de la coordination, de la cohérence et du soutien mutuel dans des domaines allant de la prévention des risques, des secours en cas de catastrophe et de la santé publique au changement climatique, à la protection de l’environnement et à la stabilité financière contribuerait à renforcer la résilience face aux crises futures.

Les Membres de l’OMC peuvent faire davantage pour favoriser la résilience économique en renforçant les mécanismes pour la transparence existant au sein de l’OMC en ce qui concerne les mesures commerciales, en clarifiant en quoi consiste une utilisation appropriée des restrictions à l’exportation de matières stratégiques ou de produits intermédiaires pendant les crises, en améliorant la coordination des politiques de passation des marchés publics pour les biens et services critiques, et en faisant avancer les travaux sur le commerce électronique, les micro, petites et moyennes entreprises, et l’autonomisation économique des femmes afin de créer de nouvelles opportunités pour rendre le commerce plus inclusif et diversifié et de ce fait plus résilient.

p/o Virginie Gastine Menou

RISQUES ET VOUS

http://www.risquesetvous.fr/

https://www.linkedin.com/company/risques-et-vous

✍🏼 Proposer une offre de job : https://graces.community/recruteurs/

💈 Consulter les offres qui vous correspondent : https://job.graces.community/login

Ce guide présente des recommandations de sécurité pour un système d’objets connectés. Il peut être utilisé pour concevoir un tel système ou pour en faciliter l’analyse sécuritaire.

Le lecteur pourra s’aider des objectifs de sécurité proposés pour déterminer ceux qui correspondent à la situation qui le concerne, et les mettre en relation avec des mesures techniques ou organisationnelles pertinentes pour atteindre ces objectifs.

Les objets connectés, qu’il s’agisse de gadgets du quotidien, de dispositifs médicaux ou de systèmes industriels, sont sujets à des menaces informatiques parfois exacerbées par les faibles ressources dédiées à assurer leur sécurité.
Les capacités d’intervention sur ces dispositifs sont souvent limitées voire inexistantes ; ces capacités réduites peuvent restreindre les possibilités de mise à jour logicielles, ou empêcher l’emploi de protocoles réseau ou de standards cryptographiques non spécifiquement prévus pour ce cadre d’emploi pour des raisons de coût ou de consommation énergétique.

Il serait illusoire de vouloir proposer une lecture unique de la sécurité des objets connectés du fait de la diversité des situations rencontrées.

Le guide Recommandations relatives à la sécurité des (systèmes d’)objets connectés propose de faciliter la réalisation d’une analyse de sécurité, à partir de la prise en compte des scénarios d’attaques probables. Il propose enfin des recommandations pour remédier quand cela est possible aux risques identifiés.

p/o Virginie Gastine Menou

RISQUES ET VOUS

http://www.risquesetvous.fr/

https://www.linkedin.com/company/risques-et-vous

✍🏼 Proposer une offre de job : https://graces.community/recruteurs/

💈 Consulter les offres qui vous correspondent : https://job.graces.community/login

...
👉  Découvrez la suite de cet article en rejoignant la communauté GRACES